Accueil > Le guide de votre Santé > Lumière sur les fibromes utérins
Toutes les infos Santé pour mieux vivre
Le guide de votre Santé

Découvrez toutes les informations pour prendre soin de vous. Toutes les asctuces bien être pour lutter contre le stress, les effets du tabac, le café...

Lumière sur les fibromes utérins

samedi 24 juillet 2010



Assez fréquents à partir de 40 ans, les fibromes utérins sont parfois sources d’angoisse. Toutefois, ces tumeurs souvent bénignes ne nécessitent pas de traitement lourd dans la plupart des cas.

Les fibromes utérins, des tumeurs souvent bénignes

Les fibromes utérins touchent le plus souvent les femmes à partir de 40 ans. Ces tumeurs localisées dans le muscle utérin se manifestent sous la forme de nodules. Les causes de cette pathologie sont encore mal connues, mais quelques hypothèses ont été avancées. La production élevée d’oestrogène y joue un rôle et dans la plupart des cas, on peut parler d’une mutation génétique : une croissance exagérée des cellules de la fibre utérine.

La taille des fibromes est variable. Certains peuvent avoir la taille d’une bille et d’autres celle d’un pamplemousse. Il existe trois types de fibromes qui diffèrent par leur localisation. Le fibrome interstitiel ou intra-mural se développe à l’intérieur de la paroi utérine, dans le myomètre. Moins fréquent, le fibrome sous-muqueux prend naissance dans la cavité utérine. Le fibrome sous séreux est, quant à lui, le plus fréquent et est localisé au niveau de la cavité abdominale.

Les fibromes utérins : traitement non nécessaire dans la plupart des cas

Les fibromes sont plus visibles lors d’une échographie endovaginale. Souvent bénins, ils ne nécessitent pas forcément de traitement, mais une surveillance régulière. Ces tumeurs passent parfois inaperçues, mais des symptômes plus ou moins gênants peuvent également les accompagner : règles prolongées, fréquentes envies d’uriner, etc.

Les traitements sont préconisés dans le cas d’un fibrome douloureux. En effet, certains fibromes sont à l’origine de saignements anormaux ou de douleurs pelviennes. Plusieurs options sont proposées en termes de traitements, toutefois, il convient de bien s’informer sur les avantages et inconvénients de chacune d’elle avant de choisir. Dans un cas bénin, un traitement hormonal peut suffire. Dans le cas échéant, un traitement chirurgical ou une embolisation artérielle est de mise.





Retrouvez toutes vos infos beauté sur TendanceBio cnil n°1167279  © Interactive Promotion